L'éducation est histoire de conviction, confiance et complicité...

Positionnement hiérarchique... Le fondement de toute éducation canine. La base. Bien souvent mal compris car trop souvent et trop simplement réduit à un rapport dominant/dominé. Bien sûr, il est simpliste de dire qu'un chien domine son maître et vice-versa, là n'est pas la question. Toute hiérarchie est fondamentale, indispensable, intrinsèque à toute société, tant dans la relation homme/chien, que dans un cadre familial, une école, toute société humaine, une harde de cervidés, un groupe d'oiseaux migrateurs. Toujours un leader, puis chacun sa place, chacun son rôle. Cela participe au bon fonctionnement de tous les jours, c'est vital, apaisant pour chacun.

Lors d'une première intervention chez des personnes, qui bien souvent nous contactent car le chien n'obéit pas, ou est agressif, dans la majorité des cas et en quelques instants on constate vite que tout est manque de clarté dans la place du chien à la maison. Souvent par affect, car on ne veut pas "brimer" ou "rendre malheureux" notre animal. On veut lui faire du bien. Mais ce n'est pas un humain. Ce n'est pas non plus "qu'un chien" mais en toute évidence c'est un chien. Cet animal social et hiérarchique, dans le sens besoin d'une organisation, une place claire, cohérente, et bien définie pour être tout simplement apaisé, n'avoir rien à gérer. C'est l'humain qui gère, les adultes, les enfants. 

On ne peut pas dire d'un enfant de trois ans qu'il domine son chien. Mais on peut apprendre à l'enfant à gérer une relation avec un animal. C'est bon pour l'enfant, et c'est bon pour le chien ! Montrer au chien que l'on gère le territoire. Chacun sa place encore une fois. Ici, c'est mon terrain de jeu, pas celui du chien. Je passe devant, tu passes derrière, c'est moi le maître. Tu ne te mets pas dans mon passage, tu apprends à te déplacer lorsque je veux passer.

Apprendre à gérer les contacts. Je ne te caresse pas quand tu me sollicite avec insistance. C'est moi qui t'appelle ou qui vais vers toi (avec l'accord de papa et maman). C'est moi qui décide.

L'éducation du chien commence par celle de l'enfant, et c'est encore et toujours pour chacun une histoire de positionnement hiérarchique.

Les photos de cet article représentent un jeu mis en place lors d'une promenade avec mon fils et Jali, dont le principe était : "tu marches devant, c'est toi le meneur, ta chienne doit rester derrière"... Relation saine. Equilibrée. Exercice beaucoup moins anodin qu'il ne peut paraître. Signal clair transmis à la chienne. Et prise de confiance pour mon fils, (des doutes et déceptions aussi lorsque la chienne cherchait à repasser devant), mais dans l'ensemble un exercice riche de sens et d'apprentissages dans la relation à l'autre.

Positionnement hiérarchique... Quand tu nous tient...

Une histoire de conviction, confiance et complicité...

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Mélanie (vendredi, 03 novembre 2017 14:36)

    Très bel article Guillaume.